Serendip Sale

...

Translate

lundi 23 mars 2015

Catégories :

Les quarts ou le sommeil partagé

Share

Une bonne gestion de la veille

Il y en a plein "au dehors"qui s'inquiètent sérieusement: "Vous n'allez tout de même pas..." , "Vous n'êtes plus tout jeunes", "Lydia n'est pas assez expérimentée" et  lorsqu'on se permet de balayer d'un revers du regard leurs critiques inappropriées, viennent  leurs questions "pratiques".

L'une d'elles revient assez souvent: "Et la nuit ?  Je suppose que vous mettez l'ancre pour dormir." Alors je leur réponds, que l'Océan Atlantique a une profondeur de près de 4 km et que nous avons préféré prendre un peu plus d'eau et de nourriture que les 12 à 20 km de chaine nécessaire pour ancrer un bateau au milieu de l'Océan. Et si ce n'est pas suffisant, j'ajoute que, comme nous sommes respectueux de la nature on ne veut pas en saccager le fond. (je ne sais lequel des deux arguments est plus porteur)

Tout cela pour vous dire que nous naviguerons jours et nuits. Comme il peut y avoir quelques autres bateau qui font comme nous nous serons  obligé de faire des tours de veille qu'on appelle des "quarts" et c'est  du système de quart planifié que je voudrais vous parler. Mais tout d'abord un peu de technique:

1. Garder le Cap


 Pour barrer le bateau nous disposons de deux aides très utiles: le pilote automatique et le régulateur d'allure.

Le pilote est un système électrique qui maintient automatiquement le bateau sur un cap compas donné. On lui dit d'aller à l'ouest et il est à l'ouest. Le désavantage du pilote est quíl consomme de l'électricité et que si la mer est un peu huleuse il en consomme beaucoup.

Le régulateur d'allure par contre ne consomme rien. Il s'agit en fait d'une sorte de girouette ex'trèmement sophistiquée qui maintient le bateau dans un angle constant par rapport au vent. Il a comme avantage de ne pas consommer d'électricité par contre si le vent est faible et souffle de l'arrière du bateau il ne fonctionne pas bien. Pas plus qu'il ne peut fonctionner au moteur. Mais grâce à ces deux robots, nous espérons ne pas devoir trop barrer.

2. Eviter les autres bateaux.  

Pour "voir" s'il y a d'autres bateaux, nous disposons de deux instruments: L'AIS et le radar.

L'AIS est une invention assez récente, tous les bateaux de plus de 20m de long sont obligés d'avoir un système automatique qui envoie toutes les 2 à 10 secondes par radio (VHF), son identifiant, sa position, sa route et sa vitesse. A bord nous avons un instrument  qui non seulement affiche ces données de façon graphique, mais en plus calcule les itinéraires des aures bateau par rapport à notre route et nous prévient bien à l'avance par un signal sonore strident  de tout risque de collision. Le désavantage du système est que les bateaux de pêche et les voiliers n'en sont pas tous équipés.

 Le radar, par contre les "voit", il est également équipé d'une alarme qui sonnerait  s'il y avait un risque de collision. Au cas ou l'AIS tomberait en panne nous disposons d'une seconde unité sur notre radio émetteur VHF.

En fait, donc on pourrait dormir toute la nuit, mais en bateau il faut garder une certaine méfiance, c'est pourquoi nous ferons des quarts. Le schéma sera le suivant : des quarts de 3 heures commencant à 21h heure locale. Soit Lydia, soit moi-m^meme nous resterons dans le cockpit avec la possibilité de somnoler par tranches de 20 minutes (nous avons un minuteur à cet effet.). Toutes les 20 minutes on parcoure l'horizon par deux fois, on regarde l''ecran de l'AIS et puis on se recouche pour une tranche suivante. A la fin du quart on reveille l'autre et ainsi de suite. jusqu'à 9h du matin où nous prendrons le petit-déjeuner ensemble. Durant la journée, le système de quart est plus à la fortune du pot.

Henri

0 comments:

Enregistrer un commentaire

Envoyez-nous vos commentaires