Translate

mercredi 23 septembre 2015

Catégories :

Apparent ou réel ?

Share
Le sujet d'aujourd'hui sera technique.



C'est le 14 juillet et comme il se doit, vous remontez les Champs Elysées dans la voiture présidentielle. Sur l'aile de la limousine flotte le drapeau national qui du fait de la vitesse du véhicule pointent vers ... l'arrière. Plutôt que de saluer vos troupes vous vous posez alors une question fondamentale: "Est-ce que le vent souffle toujours d:en face de la voiture ? en effet,  les drapeaux flottent vers l'arrière". Toujours est-il que ce moment et cette question, vous n'êtes pas prêts de les oublier. Ainsi donc, un véhicule en se déplaçant crée son propre vent, c'est ce qu'on appelle le vent de vitesse, pour une voiture la vitesse du véhicule est tellement supérieure à celle du vent réel, que les drapeaux pointeront toujours (plus ou moins) vers l'arrière.

Revenons à présent  à bord de Serendip: On comprend que, similairement, le vent reçu par le bateau est une combinaison entre le vent réel et le vent de vitesse. Autrement dit le vent à bord du bateau est un "vent apparent", différent de celui qu'on observerait à terre. Sa direction est fonction de la direction (et de la force du vent réel)  pondérée par la vitesse du bateau et comme un voilier va moins vite qu'une voiture les deux directions se combineront d'avantage. Par exemple si le bateau fait 8 nœuds de vitesse et que le vent réel est de 8 nœuds par le travers (90°) , le vent apparent viendra entre les deux, c'est à dire à 45° du bateau. Il faudra régler les voiles en conséquence, c'est à dire pour une allure de "près" (cf. article précédent).

Toujours en se basant sur le dit article, où je vous expliquait la difficulté qu'il y avait de tenir un vent arrière (entre 150° et 180°) il s'agissait bien entendu du vent apparent. Au niveau force, le vent apparent diffère aussi du vent réel: par exemple si un vent réel de 15nds vient de l'arrière d'un bateau faisant 5nd, le vent apparent ne sera  que de 10nds (15 - 5 = 10). Si par contre il venait au près (45°), il faudrait ajouter en force au vent apparent qui passerait alors un peu moins de 20nds ("un peu moins" car le vent n'est pas tout à fait de face).

Mais en quoi cette connaissance pourrait nous servir en grande croisière ?

D'abord, en ce  que les données météo, donnent le vent réel: ce qui en apparence sera un près bon plein, pourrait devenir un près serré si le bateau
  avance rapidement et que le vent n'est pas trop fort.

Mais il y a pet-être plus intéressant encore: imaginons que vous receviez un vent apparent presque vent arrière (150°). La force apparente de ce vent est de (par exemple) 15nd. Nous avons vu que dans une mer un peu formée le bateau demandera de gros effort à la barre et que le foc n'arrêtera pas  de vouloir passer d'un bord à l'autre, le bateau avancera à approximativement 3.5nds. Pour éviter de barrer trop près du vent arrière, vous "lofez" (remonter au vent) d'une vingtaine de degrés. Le bateau accélère et comme il accélère le vent apparent vient d'avantage de l'avant; au lieu de vous trouver à 130° du vent vous ferez du 110°.... alors que vous n'avez lofé que de 20°. Comme c'est trop loin de votre cap, vous "abattez" (prendre le vent plus en arrière) et en fait vous retrouvez votre premier cap, mais cette fois en faisant 5nds au lieu de 3.5 et en vous retrouvant à 130° du vent ce qui est un grand largue beaucoup plus confortable.  Autrement dit en lofant on a accéléré le bateau suffisamment que pour nous permettre une meilleure allure et une meilleure vitesse.

C'est pas beau çà, Monsieur le Président ?

1 comments:

Enregistrer un commentaire

Envoyez-nous vos commentaires