Translate

jeudi 23 mars 2017

Catégories : ,

Météo Hauturière

Share


Sans doute, une fois au milieu de l’océan, peut-on considérer avec un fatalisme de bon escient que quoiqu’il puisse arriver en matière de mauvais temps, nous aurons à le subir, mais il est de bonne prudence néanmoins de se tenir informé et si nous ne pouvons pas grand chose pour l’éviter complètement , nous aurons au moins l’avantage d'en être prévenu.
Obtenir une météo au milieu d'un océan est une matière en constant évolution et je voudrais ici vous faire part des choix et des méthodes utilisées à bord de Serendip au cours de notre dernière Transat.

Les communications

A partir du moment où l'on s’éloigne quelque peu dès côtes, la VHF ne peut plus nous servir pour recevoir la météo. On peut encore, sur quelques centaines de milles recevoir certaines stations radio, mais il faut encore qu’elles diffusent une météo marine (ce qui devient de plus en plus rare ) et que connaissions les horaires et soyons disponibles à l’heure de l’émission. Heureusement qu’il y a les systèmes de téléphones satellitaires pour nous permettre (quel luxe !) de communiquer depuis quasi n’importe où sur la terre.

Iridium Go

A bord de Serendip nous avons choisi le système Iridium Go. D’une part pour sa facilité d’implémentation et d’autre part pour son prix. (cf. plus bas) Iridium Go se présente comme une « petite boite »qui reçoit un signal de téléphone satellite Iridium et le transforme en signal Wi-fi exploitable par un téléphone ou une tablette (ITab ou Andoid). L’avantage est que l’on a l’impression de téléphoner avec son propre portable et qu’il n’est pas besoin d’exporter son répertoire téléphonique sur une nouvelle unité. On utilise donc son smartphone que l’on connaît.
En théorie, l’appareil iridium peut être utilisé tel quel, en pratique il faudra lui ajouter une antenne extérieure. A moins qu’on ne veuille absolument sortir l’Iridium sur les bancs du cockpit et l’exposer aux embruns et au risque de le voir tomber en mer. Un appareil plus une antenne va chercher dans les 1.100€, ce qui me semble valoir la peine. A cela il faut ajouter le prix de la carte SIM et puis le prépaiement des communications ou autre abonnement.

PredictWind

Tout ces matériels et abonnement peuvent s’acheter auprès de beaucoup de revendeurs aux mêmes conditions ; toutefois il en est un qui est un peu différent et c’est chez eux que j’achèterai mon prochain abonnement. : il s’agit de PredictWind. Il s'agit d'une société vendant des prévisions météo, faites par des météorologues. Mais ils vendent aussi du matériel et des abonnements iridium. Au niveau abonnement PredictWind est une des quelques sociétés à proposer des abonnements prépayés avec data illimités, ce qui, pour le problème qui nous préoccupe (la météo) est une véritable aubaine, vu la lenteur de transmission de l’Iridium. Engros il faut compter un peu [lus de 1€ par minute vois et la moitié pour le « data » (fichiers météos par exemple.

Voici, en détail, quelques prix d’abonnement chez eux :
Iridium GO! Plus Plan Iridium GO! Unlimited Plan
Activation Fee: $50
Monthly Charge: $94.95
Bundled Voice/Data Minutes: 150
Inbound Voice Calls: FREE
Outbound Voice Calls to Land Line, Cellular & Voice Mail (Per Minute): $1.09
Data Calls (Per Minute): $0.29
Inbound SMS: FREE
Outbound SMS (Per Message): FREE
Outbound Voice Calls to other Iridium Phones (Per Minute): $0.65
Outbound Voice Calls to other Satellite Phones (Per Minute): $10.49
Activation Fee: $50
Monthly Charge: $124.95
Bundled Voice Minutes: 150
Bundled Data Minutes: UNLIMITED
Inbound Voice Calls: FREE
Outbound Voice Calls to Land Line, Cellular & Voice Mail (Per Minute): $1.09
Data Calls (Per Minute): UNLIMITED
Inbound SMS: FREE
Outbound SMS (Per Message): FREE
Outbound Voice Calls to other Iridium Phones (Per Minute): $0.65
Outbound Voice Calls to other Satellite Phones (Per Minute): $10.49







Les datas illimités coûtent $30.00 de plus, ce qui vaut la peine, car beaucoup de fichiers utilisé en météo sont grands et en plus le système Iridium a besoin parfois de plus d'une minute rien que pour  mettre en contact avec les satellites.
Il y a une firme française qui offre un service quasi similaire, Itabnav


La BLU (ou SSB en anglais).

Une autre façon de communiquer à distance moyenne à longue par ondes radio est la BLU, c'est un système d’émetteurs récepteurs à longue distance, qui aurait pu disparaître, si il n’y avait pas eu des initiatives permettant le transfert de données (data) et la connexion e-mail avec la BLU, voire même le téléphone, grâce à des systèmes de ROIP (similaire au VOIP [voice over IP] mais en Radio). Je n’ai pas retenu cette option, car elle nécessite du matériel coûteux et un examen d'opérateur BLU, qui prend du temps. Je la cite ici uniquement pour mémoire. Sachez néanmoins que durant le rallye, les participants qui disposaient de la BLU communiquaient quotidiennement et gratuitement entre eux . Ce qui « socialement » est, peut-être un avantage.

La Météo

Il est temps de passer dans le vif du sujet, de quoi disposons-nous comme source, pour essayer de voir le temps qu’il fera sur notre route et éventuellement pouvoir améliorer notre itinéraire, soit en vitesse, soit en confort.
Aujourd’hui nous disposons de différents types d'information à cet effet. :
  • Les Pilot Charts : qui sont basées sur des statistiques de situations passées dans le temps et permettent avec des guides divers la préparation météorologique du voyage.
  • Les Gribs : qui sont des mises en cartes de situations météorologiques actuelles, avec des extrapolation dans le futur (8-14 jours) effectués à l’aide de modèles informatiques standards.
  • Les prévisions météos, qui sont les données brutes revues et adaptées par des météorologues prévisionnistes professionnels. L'intervention humaine n’est pas négligeable, car la météorologie reste un art.
Beaucoup de marins confondent encore, les prévisions modélisées (les GRIBS) avec celles effectuées par des spécialistes. Pour l’instant, encore toujours, les prévisions humaines ont un avantage, même si en ce qui concerne la haute mer la différence entre les deux s’amenuise. Voyons cela en détail :

Les Pilot Charts.




Il y a quelques siècles déjà un Lieutenant de Marine Américain, eu l’idée de consulter les livres de bord de tous les bateaux qui y étaient entreposé et de collationner les données météos de ceux-ci, afin de les mettre en carte, mois par mois et 5 degrés par 5 degrés. Ce sont les Pilot Charts, Ils nous indiquent pour chaque point de la rose des vents, la probabilité de leur occurrence ainsi que leur force moyenne. Ainsi, peut-on d'un simple coup d’œil, voir durant quels mois et où se trouvent la meilleure probabilité d’avoir des vents favorables.
Pour ce qui est des vents, les pilot-charts placent au centre de chaque zone de 5x5 degrés, une rose des vents ici
ou la longueur des flèches indique la probabilité d’avoir du vent dans la direction indiquée et le nombre de « plumes à la flèche la force moyenne de ce vent en Beaufort. Enfin le chiffre au centre indique la probabilité de calmes. Lorsque la longuur des flèches deviendrait trop grande on insère un chiffre indiquant la probabilité de son occurrence. Ce sont des données basées sur des milliers dóbservations durant des siècles. Ces pilot charts peuvent s’acheter dans leurs version papier ou être téléchargés gratuitement sur le site de la NOAA ou
Plus récemment, le célèbre navigateur Jimmy Cornell et son fils Yvan ont publié une nouvelle sorte de Pilot charts, basés sur les observations satellites plutôt que sur les livres de bord des navires. Il s’agit de l’Átlas des Océans . L’avantage est qu’ils tiennent compte des éventuels changements climatiques et ont de bonnes mesures sur tous les points du globe, donc y compris les zones moins fréquentées par la marine marchande (qui sont précisément celles où les voiliers de plaisance préfèrent se balader.).
Pour conclure disons que les Pilot charts constituent de bons outils pour la planification météorologique d’une grande croisière. Cependant cela reste une donnée probabiliste (climatologique) la réalité peut être fort différente de la statistique. Jý ajouterais aussi léxcellent ouvrage, toujours du même Jimmy Cornell: "Routes de grande Croisière"qui décrit plusieurs centaines de routes en précisant l'itinéraire et la saison optimale pour les parcourir.

Les GRIBS

Présentation

Le temps qu’il fait est de nos jours observés par de nombreux satellites, de plus nos océans sont jonchés de bouées météorologiques qui transmettent leurs informations quasi en continu. L’ensemble de ces informations brutes est acheminé vers des ordinateurs qui les cartographient et qui en plus disposent de modèles automatisés permettant de faire des prévisions sans interventions humaines, jusqu’`a 15jours. Ces cartes sont les GRIBS et sont dans le domaine public et donc accessibles via différents sites. Toutefois, si les sites sont nombreux les cartes GRIBS le sont moins, il n’y a donc aucune raison de croire que les GRIBS d’un site seraient « meilleurs » que ceux d’un autre. Par contre il existe des différences de présentation graphique des données entre les différentes applis et logiciels destinés à lire les GRIBS.

Logiciels de Grib

Les fichiers GRIB répondent à un format standard établi par l’Organisatiion Météorologique Mondiale. Il existe de nombreux logiciels qui traduisent ces données en de jolies cartes graphiques. Pour ma part j’utilise deux d’entre eux et c’est donc de ceux là que je vais parler. Il s’agit de zygrib (pour PC) et de SailGrib WR (pour ma tablette Android reliée à l’IRIDIUM).
En grande ligne, une fois le GRIB chargé sur votre tablette (on verra plus loin comment faire), ils nous prermettent d’obtenir des cartes GRIB plus ou moins comme celles-ci. Límportant est de bien les paramétrer. Les différence entre ces deux logiciels sont les suivantes :
Sailgrib : Graphiques moins élabor és, mais tourne en Android, permet donc une jonction directe avec le Sattelite IRIDIUM. Il permet en outre une sorte de routing.
Zygrib : Le graphique est meilleurs incontestablement, logiciel plus complet, mais tourne en Windows et ne permet donc pas une connexion Iridium directe on devra donc passer par le Blue Tooth d’une tablette
Traceurs de cartes : Ces logiciels (comme OpenCPN par exemple) disposent parfois de modules d’affichage et de requêtes de GRIBS

Windytv

Un petit peu en marge du sujet, j'aimerais recommander la page Windytv qui permet de voir les GRIBs sous une forme animée. Cette présentation ajoute beaucoup à la compréhension des phénomènes océaniques. Malheureusement, trop gourmand en ressource on ne peut l'utiliser en mer. Par contre (et ça a été mon cas) si vous avez quelqu'un à terre qui pourrait vous conseiller ou répondre à vos questions, il faut certainement lui recommander ce site pour avoir une vision globale des phénomènes. Cela nous à permis de savoir à quelle position géographique se trouvait l'alysée. Je vous recommande avant le départ de regarder ce site à plusieurs reprises pour vous imprégner des phénomènes se trouvant sur votre route (du moins durant la première semaine).

Vitesse de transmission

Aujourd’hui une connexion Internet domestique sur ADSL est de plus de 20 Mb/s autrement dit 20.971.520 bps (bits par seconde). L’iridium a une vitesse nominale de 2400bps ; en réalité, du fait du temps de mise en contact avec le satellite, on considère une vitesse réelle de 1200 bps. Ce qui equivaut à 21.000 fois moins rapide que votre ADSL domestique. Avec un abonnement limité on aura donc, pour la transmission d’un fichier météo, un coût de près de 20€. Cette vitesse est assurément trop lente pour pouvoir surfer sur le web, le « data »sert pratiquement uniquement à l’envoi d’e-mail. C'est ici qu’intervient des sites tels que saildocs.


Saildocs

Saildocs est un serveur mail un peu particulier. En ce sens qu’il accepte des demandes d'informations (par exemple météo) par e-mail et retourne un e-mail avec l'info demandée. Cela paraît compliqué mais en réalité c’est très simple. Il suffit d’envoyer à query@saildocs.com, un mail avec pour message : « send XXXX » (sans guillemets) où XXXX représente un type de requète

Exemple de requête de Grib


Destinataire : query@saildocs.com
Objet : [ce que vous désirez]
Message :
send GFS:38N,36N,4W,0E|0.25,0.25|0,12,24..192|WIND,PRESS


Enverra un grib (GFS)
pour une zone rectangulaire allant de 38N à 36N et de 4W à 0E
avec une maille de 0.25x0.25 degrés.
Pour les heures suivantes 0,12 et 24 UTC. Durant 8jours (192h)
Données de Vent et de pression.
Il est important de respecter exactement la syntaxe (ponctuation, espaces, mots réservés), ceux-ci sont décrits dans un document que l’on trouve sur saildocs. On trouve ce document soit par la requète « send infogrib » (en anglais ou en consultant la traduction ici .

La rédaction automatique des requètes.

Les logiciels zygrib, sailgrib et openCPN perttent tous d’écrire automatiquement les mails de requète GRIB, parfois à l’aide d’une interface graphique.

Avant le départ

Je conseille dímprimer dans un classeur (Météo) les mails « Info », « Infogrib », et « Index », mentionné ci dessus.
  • Info : contient la syntaxe des requêtes sur infodocs.
  • InfoGRIB : la syntaxe pour les requètes GRIB
  • Index : Le catalogue des documents disponibles.
Ces documents sont en Anglais mais vous trouverez ci-dessus une traduction en Français.

La Météo.

Comme nous l’avons vu plus haut, il s’agit de prévisions effectuées par des météorologues prévisionistes. Pour le centre deAtlantique , cette région est divisée en deux la partie Est, gérée par Météo France (Metarea2) et pour la partie Ouest par la NOAA (USA) (Metarea4). Voici une carte de ces zones météorologiques(Metarea)

Pour chacune de ces zones, saildocs, nous fournit deux types de documents :
  • Les prévisions
  • Les cartes

Les Prévisions

Il ságit de documents textes décrivant la situation et son évolution pour les prochains jours. Rédigés en Anglais, le plus souvent, ils se présentent comme ceci
« 
URL: http://www.gmdss.org/bulletins/METAREA2.HIGH_SEAS_FORECAST.0931.2309311054005.html
Date: 23 Mar 2017 11:54:30 -0000
Last-Modified: 23 Mar 2017 09:41:08 -0000

FQNT50 LFPW 230931
A
SECURITE
Weather bulletin on METAREA 2,
METEO-FRANCE Toulouse, Thursday 23 March 2017 at 1015 UTC.

Wind speed in BEAUFORT SCALE.
Sea state in DOUGLAS SCALE.
Please be aware, wind gusts can be a further 40 percent stronger than
the averages given here, and maximum waves may be up to twice the
significant height.

Part 1 : WARNING NR 167.


Part 2 : General synopsis, Thursday 23 at 00 UTC
Low 1004 47N06W moving south, expected 1011 42N06W by 24/00 UTC, then
1012 40N09W by 24/12/UTC. Persistence of associated trough over the
Bay of Biscay.
Shallow low 1009 over east Morocco, slowly drifting east. 
Low 983 59N43W moving northeast. Associated trough in west of
FARADAY, moving northeast.
New trough expected in far west of FARADAY by 24/12 UTC.
High 1036 just north of Azores Islands, expected 1032 36N29W by 24/12
UTC. Associated ridge extending towards east Iceland, moving to
British Isles and North Sea. 
Monsoon trough from 07N11W to 05N15W to 02N20W. ITCZ continues from
02N20W to EQ27W to 01S31W to 04S37W.


Part 3 : Area forecasts to Friday 24 at 12 UTC

FARADAY.
Southwesterly 3 to 5, backing Southerly later, locally 5 or 6 in
west.
Rough, locally cross in SW swell in west later.
Showers from west.

ROMEO.
In west: North or Northwest 4 to 6, becoming Variable clockwise 2 to
4 later.
In east: North or Northeast 6 or 7, at times 8 later. Gusts.
Rough or very rough. Cross sea in NW swell in east.
Showers in east.

 (…)

Les Cartes

En envoyant sur saildocs la requète « send xxxxx » où xxxx est une des requêtes suivantes on obtient des cartes météo :
Les codes des cartes NOAA :
Atlantique Est +24h PYAA05.TIF
Atlantique Ouest +24 PYAA04.TIF
Atlantique + 48h QDTM86.TIF
Atlantique +96h PWAM99.TIF
Atlantique tropical +24h PYEA88.TIF
Pacifique +24h PYFE79.TIF
Pacifique +48h PYFE81.TIF
Pacifique +72h PYFI81.TIF
Pacifique central +24h PYFE87.TIF
Pacifique central +48h PYFI87.TIF
Pacifique central +72h PYFK88.TIF






Par exemple : send PWAM99.TIF donnera la carte suivante :

Avantages :

  • Il s’agit de cartes établies par des météorologues professionnels,
  • Ces cartes ont plus de détails que les gribs, puisquélles présentent les fronts
  • Elles présentent des situations météorologiques (par exemple tempètes, déferlantes etc...).
  • Elles sont plus petites à charger que les GRIBS.

Désavantages :

  • Nécessitent pour leur interprétation une bonne formation en météorologie (ça ne s’improvise pas).
  • Pas toujours très lisibles rapidement.
Personellement donc, je préfère les GRIB que j’utilise conjointement avec les Prévisions météo. Ce nést que dans certains cas critiques que j’utiliserais les cartes et encore en me disant que très souvent, il est difficile à éviter le gros temps, tant pour des raisons psychologiques que pour des raisons rationelles. Me trouvant dans une mer formée avec des creux de plus de 10m au portant par 40nd de vent apparent, je me vois mal dévier mon bateau de 90 degrés pour éviter une dépression, car cela m’obligerais à faire du près par plus de 50nd de vents, ce qui dans une mer formée comme celle-ci ne procurera aucune progression et augmentera les probabilités de casse. Nous voilà donc dans le fatalisme dont je parlais au début.

Plus d'infos sur
http://dev.stw.fr/sites/default/files/14323/bonnes_pratiques_v1.pdf



1 comments:

Enregistrer un commentaire

Envoyez-nous vos commentaires